Voss Jan

Jan Voss, peintre, aquarelliste, graveur et sculpteur est naît en Allemagne à Hambourg en 1936. La guerre marque son enfance. En 1955, il entre à l’Ecole des Beaux-arts de Munich. Il s’installe à Paris en 1960. Il fréquente alors l’Atelier 17 du peintre et graveur anglais Stanley William Hayter (1901-1988) L’année suivant il participe avec Christo à la revue KWY fondée par Lourdes Castro et René Bertholo.

On compare souvent son travail à celui de Matisse ou de Claude Viallat . Il est l’auteur de nombreuses encres et aquarelles sur papier, huiles et acryliques sur toile, sans oublier les lithographies. Il utilisera aussi le bois, le carton, les collages, les papiers froissés.

Dès le début des années 60 on trouve dans son œuvre un univers poétique peuplé de petits personnages, de gentils animaux, de monstres dessinés à la manière des enfants ou des bandes dessinées. Ils évoquent aussi Cobra avec Pierre Alechinsky et Asger Jorn. A cette époque il participe aux expositions de la « Figuration narrative » et des « Mythologies quotidiennes » dont il s’éloignera ensuite.

Son travail subit une première mutation au milieu des années 65, avec l’adoption d’une touche neutre et appliquée. Il travaille généralement par séries. Ces » tracés à la ligne « , sont saturés de signes noirs et de lignes aquarellées. Il additionne, superpose des objets usuels, des animaux, des végétaux, des silhouettes d’hommes et de femmes qui sont disséminées sur la totalité de la toile.Ses œuvres sont colorées, fraîches, pleine de gaîté. Un monde peuplé d’animaux, de petits lapins, de personnages bizarres, décalés, reliés par des lignes, des griffonnages, des signes plus ou moins abstraits proches des idéogrammes orientaux comme son ami Julius Bissier .

Au fil des années, les éléments éclatent, se morcèlent, se multiplient, deviennent plus complexes, les couleurs éclatent avec une cohérence visuelle certaine. L’artiste n’est pas animé par une théorie, il dit qu’il « ignore de quoi la prochaine toile sera faite. A partir des années 1990 il s’intéresse aux volumes et fabriques des petites statues monochromes. Les œuvres récentes sereines et virtuoses sont marquées par un retour à la ligne et aux aplats de couleur cloisonnés ou couvrant toute la toile.

De 1987 à 1992, il a été professeur à l’Ecole Nationale supérieure des Beaux-arts de Paris.

VossJan5